Auteur abricot

David Hervy responsable et créateur de la boutique en ligne Biologiquement.com spécialisée dans la promotion et la distribution de produits naturels de santé. Une gamme de produits riches en antioxydants naturels puissants pour retrouver ou garder la vitalité, recommandés aux enfants en phase de croissance, aux étudiants, aux sportifs et aux seniors. Tous ces produits sont issu du commerce équitable.
[Total : 72    Moyenne : 3.8/5]

Amandes d’Abricots AmĂšres certifiĂ©es biologique, riches en amygdaline, vitamine b17 contre le cancer.

Les amandes d’abricots amĂšres certifiĂ©es biologique poussent au Ouzbekistan, au pied de l’Himalaya dans la lĂ©gendaire vallĂ©e de la Hunza. LaissĂ©es Ă  l’état naturel, elles sont rĂ©putĂ©es pour leur teneur en amygdaline. La vallĂ©e de la Hunza est aussi appelĂ©e « vallĂ©e des Immortels ».

Acheter des amandes de noyaux d'abricot certifiés bio sur la boutique Biologiquement.com

Acheter des amandes de noyaux d’abricot certifiĂ©s bio sur la boutique Biologiquement.com

Contiennent de l’amygdaline
Goût ùpre et intense
LaissĂ©es Ă  l’état naturel
Amandes d’Abricots AmĂšres certifiĂ©es biologique : une trĂšs grande qualitĂ©, entiĂšrement naturelle.
Les amandes d’abricots amĂšres viennent de variĂ©tĂ©s sauvages d’abricots certifiĂ©es biologique acides, cultivĂ©s de façon purement Ă©cologique. Les fruits sont dĂ©noyautĂ©s Ă  la main avant d’ĂȘtre sĂ©chĂ©s au soleil. Ainsi, la qualitĂ© cruditĂ© des fruits et des amandes est garantie. Vous dĂ©gustez un produit entiĂšrement naturel !

Amandes d’Abricots AmĂšres : tous les bienfaits de la « vitamine » B17.
En raison de la teneur Ă©levĂ©e en amygdaline Ă©galement appelĂ©e vitamine B17, il est conseillĂ© de ne pas consommer plus de 10 amandes d’abricots amĂšres certifiĂ©es biologique par jour.
L’Industrie du Cancer a supprimĂ© cette information et a mĂȘme ordonnĂ© le fait qu’il soit illĂ©gal de vendre la B17. La Mafia mĂ©dicale a montĂ© avec grand succĂšs des campagnes effrayantes, basĂ©es sur le fait que la vitamine B17 contient des quantitĂ©s «meurtriĂšres» de cyanure, alors que c’est faux !

Voici pourquoi : chaque molĂ©cule de vitamine B17 contient une unitĂ© de cyanure d’hydrogĂšne, une unitĂ© de benzaldĂ©hyde, et deux unitĂ©s de glucose qui sont verrouillĂ©es ensemble et forment une synergie inoffensive comme cela se passe souvent dans les produits naturels.

Les amandes de noyaux d'abricots certifiées biologique anti cancer naturel grùce à la vitamine B17

Les amandes de noyaux d’abricots certifiĂ©es biologique anti cancer naturel grĂące Ă  la vitamine B17

Pour que le cyanure d’hydrogĂšne devienne dangereux, il faut le dĂ©verrouiller de la molĂ©cule B17 ; or ceci ne peut ĂȘtre effectuĂ© que par une enzyme appelĂ©e beta-glucosidase, qui est prĂ©sente partout dans le corps humain en quantitĂ©s infimes, mais par contre que l’on trouve en grande quantitĂ© dans les cellules cancĂ©reuses. Tiens, tiens…TrĂšs intĂ©ressant !

Le rĂ©sultat est d’autant plus dĂ©vastateur pour les cellules cancĂ©reuses que les unitĂ©s benzaldĂ©hyde se dĂ©verrouillent en mĂȘme temps ; or le benzaldĂ©hyde qui est dĂ©jĂ  un poison mortel en lui-mĂȘme, quand il fait Ă©quipe avec le cyanure, devient 100 fois plus mortel. Les cellules cancĂ©reuses sont littĂ©ralement dĂ©sintĂ©grĂ©es !

Amandes d’Abricots AmĂšres : rĂ©coltĂ©es au pied de l’Himalaya !

Nos amandes d’abricots amĂšres certifiĂ©es biologique proviennent de la vallĂ©e de la Hunza. D’aprĂšs la lĂ©gende, les habitants de cette vallĂ©e atteignent un Ăąge particuliĂšrement avancĂ©.

Connaissances de base Amandes d’Abricots AmĂšres certifiĂ©es biologique

Comme pour les amandes classiques, on distingue les amandes d’abricots certifiĂ©es biologique sucrĂ©es et les amandes d’abricots amĂšres. Les amandes sucrĂ©es viennent de variĂ©tĂ©s cultivĂ©es, les amandes amĂšres viennent d’abricots sauvages certifiĂ©es biologique. Les amandes d’abricots amĂšres certifiĂ©es biologique sont cueillies Ă  la main. Il est difficile de reconnaĂźtre une amande sucrĂ©e d’une amande amĂšre. Les amandes amĂšres sont un peu plus arrondies que les autres.

Conseil : stockez vos amandes dans un endroit sec, à l’abri de la lumiùre.


[Total : 12    Moyenne : 4.2/5]

Les informations ci-dessous concernant la vitamine b17, sont infimes par rapport Ă  ce que les plantes peuvent nous apporter, cette vitamine est l’équivalent d’une bombe qui cible le cancer. J’explique en dĂ©tails les actions que celle-ci a dans organisme


La vitamine B17 ou amygdaline, un terme banal, et pourtant derriĂšre ce nom se cache des armes redoutables contre le cancer.
Cette molécule est composée des éléments suivants :
une unitĂ© de cyanure d’hydrogĂšne, une unitĂ© de benzaldĂ©hyde, et deux unitĂ©s de glucose.
Parmi les Ă©lĂ©ments citĂ©s, deux poisons mortels qui, lorsqu’ils sont combinĂ©s deviennent une centaine de fois plus puissant qu’individuellement.
Pas de panique ! le tout est verrouillĂ© et forme un ensemble qui ne peut ĂȘtre dĂ©solidarisĂ©, Ă  une exception prĂšs, il n’y a qu’une seule substance qui peut dĂ©verrouiller la molĂ©cule B17 et faire Ă©maner le cyanure d’hydrogĂšne, et le benzaldĂ©hyde, c’est l’enzyme appelĂ©e bĂȘta-glucosidase.
La vitamine B17 va relùcher ses poisons directement sur la cellule cancéreuse et ainsi la tuer sans créer de dommage aux cellules saines.
Voyons en détails les effets de cette vitamine sur notre organisme :
L’enzyme bĂȘta-glucosidase est prĂ©sente dans notre corps en trĂšs faible quantitĂ©, surtout localisĂ©e dans l’appareil digestif, celle-ci est par contre prĂ©sente en forte quantitĂ© dans la cellule cancĂ©reuse.
L’enzyme prĂ©sente dans notre cellule cancĂ©reuse va donc permettre la libĂ©ration des deux poisons contenu dans la vitamine B17, ainsi les dĂ©gĂąts sont ciblĂ©s.
Oui mais les cellules saines me direz-vous, la nature y a pensĂ© avant nous, une autre enzyme rentre en action, celle-ci provient de nos cellules saines l’enzyme rhodanese, elle a la propriĂ©tĂ© de transformer le cyanide instantanĂ©ment en substances dĂ©rivĂ©es qui sont en fait bĂ©nĂ©ficiaires Ă  la santĂ©.
L’enzyme rhodanese est prĂ©sente partout dans le corps au niveau cellulaire, sauf, et c’est cela qui nous intĂ©resse, dans la cellule cancĂ©reuse, ce qui entraine une destruction ciblĂ©e de cette derniĂšre sans possibilitĂ©s d’en rĂ©chapper.

Les amandes de noyaux d'abricots certifiées biologique anti cancer naturel grùce à la vitamine B17

Les amandes de noyaux d’abricots certifiĂ©es biologique anti cancer naturel grĂące Ă  la vitamine B17


Parlons maintenant des effets du deuxiĂšme composant de notre vitamine B17, le benzaldĂ©hyde, lui contribuera en synergie avec le cyanure d’hydrogĂšne Ă  dĂ©truire les cellules cancĂ©reuse.
Les Ă©manations de benzaldĂ©hyde qui auraient Ă©tĂ© mises en contact avec des cellules saines, seront oxydĂ©s et transformĂ©s en acide benzoĂŻque et donc sans danger. Au contraire, nos cellules saines s’en nourriront. En effet une des nombreuses diffĂ©rences entre une cellule saine et une cellule cancĂ©reuse est leurs façons de s’alimenter, pour la cellule saine c’est l’oxygĂšne alors que la cellule cancĂ©reuse, elle, se nourrit par fermentation du glucose.
OĂč trouver la vitamine B17 naturellement :
On la retrouve dans beaucoup de plantes, mais elle se concentre en fortes quantitĂ©s dans le noyau d’abricot amĂšre certifiĂ©s biologique.
La molĂ©cule B17 se retrouve dans les aliments ayants un goĂ»t amer, c’est d’ailleurs un triste constat car l’amertume au niveau du goĂ»t intĂ©resse peu voir pas du tout l’industrie alimentaire. Les consĂ©quences sont graves pour notre santĂ© avec cette absence des produits proposĂ©s sur le marchĂ© car du coup nous ne bĂ©nĂ©ficions pas de la dose de vitamine B17 quotidienne que notre corps devrait avoir.


[Total : 10    Moyenne : 3/5]

HISTORIQUE DE LA DECOUVERTE
Dans les annĂ©es 1940, le Dr. Ernst T. Krebs, Sr. et son fils le Dr E.T. Krebs Jr. ont publiĂ© un document intitulĂ© « La ThĂšse Unitaire ou Trophoblaste du Cancer », dans le Medical Record, de New York. Dans les annĂ©es qui ont suivi, l’équipe pĂšre et fils firent des recherches sur les co-enzymes et sur la possibilitĂ© que le cancer pourrait rĂ©sulter de carences, particuliĂšrement en vitamines.

Dans le dĂ©but des annĂ©es 1950, ils apprirent qu’au royaume des Hunzas, dans les montagnes Himalayennes situĂ©es au nord du Pakistan, il Ă©tait dit que ce peuple vivait « sans cancer ». Les Docteurs Krebs savaient qu’ils mangeaient de grandes quantitĂ©s d’abricots sauvages (donc, amĂšrs), mais ils ne croyaient pas que le fruit contenait des substances pouvant lutter contre le cancer 
 jusqu’à ce qu’ils aient dĂ©couvert que les Hunzakuts mangeaient Ă©galement les amandes des noyaux d’abricots certifiĂ©es biologique ; leur particularitĂ© : on sait que ces amandes sont trĂšs riches en NITRILOSIDES. En outre, on les trouve aussi dans les amandes (d’amandiers), graines de pĂȘches, pĂ©pins de pommes (pectine), millet, fĂšves germĂ©es, sarrasin, et aussi dans d’autres fruits et noix, mais en quantitĂ© infĂ©rieure.

NOTA : seuls les abricots certifiĂ©s biologique producteurs d’amandes amĂšres sont efficaces.

Les Dr. Krebs ont ensuite dĂ©fini que le principe actif des nitrolosides Ă©tait prĂ©cisĂ©ment dans certains glycosides qu’ils rĂ©ussirent Ă  extraire. Finalement, ils ont effectuĂ© une demande de brevet pour le procĂ©dĂ© de production du mĂ©tabolite formĂ© par ces glycosides qu’ils baptisĂšrent du nom de LAETRILE, en vue d’une utilisation clinique.

Les amandes de noyaux d'abricots certifiées biologique anti cancer naturel grùce à la vitamine B17

Les amandes de noyaux d’abricots certifiĂ©es biologique anti cancer naturel grĂące Ă  la vitamine B17

Ce Laetrile fut ensuite catalogué Vitamine B17.

DES NOYAUX D’ABRICOT BIO, TOUT SIMPLEMENT
Il s’est avĂ©rĂ© que le Hunzakuts consomment entre 100 Ă  200 fois plus de B17 que l’AmĂ©ricain moyen, en raison principalement du fait qu’ils consomment des amandes de noyaux d’abricots certifiĂ©es biologique, et aussi beaucoup de millet. Fait intĂ©ressant, lĂ  bas, la richesse d’un homme se mesure par le nombre d’abricotiers qu’il dĂ©tient. La nourriture la plus convoitĂ©e est la semence contenue dans les noyaux d’abricot certifiĂ©es biologique, l’une des plus importantes sources de B17 sur la Terre. L’une des premiĂšres Ă©quipes mĂ©dicales chargĂ©e d’étudier les Hunza, Ă©tait dirigĂ©e par le chirurgien britannique de renommĂ©e mondiale, le Dr. Robert McCarrison. Écrivant dans le Journal AMA, du 7 janvier 1922, il indiqua : « Les Hunza n’ont pas d’incidence connue avec le cancer. Ils bĂ©nĂ©ficient d’une abondante rĂ©colte d’abricots. Ils les sĂšchent sous le soleil, et les utilisent en grande partie dans leur alimentation ».

POURQUOI N’A-T-ON PAS ENTENDU PARLER DE LA VITAMINE B17 ?
Cela semble si simple ! La vĂ©ritĂ© sur cette question, c’est que l’Industrie du Cancer a supprimĂ© cette information et a mĂȘme ordonnĂ© le fait qu’il soit illĂ©gal de vendre la B17. La Mafia MĂ©dicale a montĂ© avec grand succĂšs, des campagnes effrayantes, basĂ©es sur le fait que la vitamine B17 contient des quantitĂ©s « meurtriĂšres » de cyanure, alors que c’est faux !

Voici pourquoi : chaque molĂ©cule de vitamine B17 contient une unitĂ© de cyanure d’hydrogĂšne, une unitĂ© de benzaldĂ©hyde, et deux unitĂ©s de glucose qui sont verrouillĂ©es ensemble et forment une synergie inoffensive comme cela se passe souvent dans les produits naturels.
Pour que le cyanure d’hydrogĂšne devienne dangereux, il faut le dĂ©verrouiller de la molĂ©cule B17 ; or ceci ne peut ĂȘtre effectuĂ© que par une enzyme appelĂ©e bĂȘta-glucosidase, qui est prĂ©sente partout dans le corps humain en quantitĂ©s infimes, mais par contre, que l’on trouve en grande quantitĂ© dans les cellules cancĂ©reuses. TRES INTERESSANT ! Le rĂ©sultat est d’autant plus dĂ©vastateur pour les cellules cancĂ©reuses que les unitĂ©s benzaldĂ©hyde se dĂ©verrouillent en mĂȘme temps ; or le benzaldĂ©hyde qui est dĂ©jĂ  un poison mortel en lui-mĂȘme, quand il fait Ă©quipe avec le cyanure, devient 100 fois plus mortel. Les cellules cancĂ©reuses sont littĂ©ralement dĂ©sintĂ©grĂ©es !

CECI N’EST-IL PAS SANS DANGER POUR LES CELLULES SAINES ?
Il faut savoir que dans les tissus sains une autre enzyme, le rhodanĂšse, prĂ©sente en quantitĂ©s – beaucoup plus importantes que l’enzyme de dĂ©verrouillage, la beta-glucosidase – a la capacitĂ© de dĂ©grader entiĂšrement Ă  la fois le cyanure et le benzaldĂ©hyde, en thiocyanate (une substance inoffensive), et en salicylate (qui est un antidouleur de la famille de l’aspirine). Fait intĂ©ressant, les cellules cancĂ©reuses malignes ne contiennent pas de rhodanĂšse, ce qui les laisse complĂštement Ă  la merci des deux poisons mortels. Tout ce processus est connu sous le nom de toxicitĂ© sĂ©lective, puisque seules les cellules cancĂ©reuses sont spĂ©cifiquement ciblĂ©es et dĂ©truites.

Les centaines d’études cliniques menĂ©es par de nombreux mĂ©decins compĂ©tents dans le monde entier, y compris celles qui sont dirigĂ©es par le Dr. Ernesto Contreras Ă  l’Oasis of Hope Hospital au Mexique, nous donnent toute confiance, que le traitement avec la thĂ©rapie B17 ne prĂ©sente aucun danger pour les cellules normales (ce qui est loin du cas de la chimio). CĂ , c’est une trĂšs mauvaise nouvelle pour l’Industrie du Cancer. Les graines d’abricots certifiĂ©s biologique sont Ă  la portĂ©e de n’importe quel porte monnaie, au regard des prix exorbitants des cocktails mĂ©dicamenteux agressifs de la chimiothĂ©rapie.

L’HISTOIRE DE JASON VALE
Dans les annĂ©es 90, un amĂ©ricain Jason Vale s’est retrouvĂ© avec un cancer en phase terminale. Il Ă©tait considĂ©rĂ© irrĂ©cupĂ©rable par les mĂ©decins. GrĂące Ă  des recherches personnelles, il a appris que les gens qui avaient eu un cancer, avaient pu guĂ©rir grĂące Ă  la vitamine B17 des pĂ©pins de pommes (pectine) et des amandes amĂšres de noyaux d’abricots certifiĂ©es biologique. Sans attendre, il a commencĂ© Ă  en consommer dans le cadre de son rĂ©gime alimentaire quotidien et s’est rapidement senti mieux. Dans un court laps de temps, le cancer de Jason a complĂštement disparu.

Lorsque l’histoire extraordinaire de Jason fut diffusĂ©e Ă  la tĂ©lĂ©vision nationale, cela Ă  provoquĂ© une audience si grande que le mĂȘme reportage a Ă©tĂ© diffusĂ© une deuxiĂšme fois, la semaine suivante. L’enthousiasme des spectateurs fut si grand que Jason se retrouva inondĂ© d’appels tĂ©lĂ©phoniques, provenant de personnes rĂ©sidant dans tout le pays. Au cours des annĂ©es suivantes, Jason a aidĂ© des milliers de gens, Ă  traiter avec succĂšs leur cancer en consommant des amandes de noyaux d’abricot certifiĂ©es biologique.

C’est alors que Jason fut victime d’une opĂ©ration coup de poing, dĂ©cidĂ©e par la FDA : il fut condamnĂ© le 18 juin 2004, Ă  63 mois de prison et 3ans de libertĂ© surveillĂ©e, par un tribunal du District Est de New York. Son crime ? La vente d’amandes amĂšres d’abricot certifiĂ©es biologique sur son site web, et de dire aux gens la VERITE sur leurs propriĂ©tĂ©s curatives. On ne joue pas avec la mafia du mĂ©dicament !!! AprĂšs avoir purgĂ© prĂšs de quatre ans de prison, Jason a Ă©tĂ© libĂ©rĂ© de la maison d’arrĂȘt au dĂ©but de 2008.


[Total : 8    Moyenne : 2.8/5]

Mon meilleur ami et partenaire de vie, Colleen, est un survivant du cancer. Elle a été diagnostiquée avec un cancer du sein en 2010. Médecins utilisée traitements traditionnels sur elle, y compris les radiations, de multiples interventions chirurgicales et des traitements médicamenteux, qui a duré plusieurs années. Elle ne bénéficie pas de tout cela. En 2005, elle a été diagnostiquée terminal.

Cette fois-ci, elle a dĂ©cidĂ© de faire des recherches sur plusieurs de ses options. Elle a atterri sur un programme de traitement alternatif du cancer qui comprenait un lourd accent sur la nutrition cancer. Elle est vivante aujourd’hui Ă  cause de cette dĂ©cision. Elle a consacrĂ© sa vie Ă  aider les autres dans leur cheminement traitement du cancer. Mon but est d’aider Colleen aider les autres. Vraiment, je crois que le cancer est Ă©vitable dans la plupart des cas.

Les amandes de noyaux d'abricots certifiées biologique anti cancer naturel grùce à la vitamine B17

Les amandes de noyaux d’abricots certifiĂ©es biologique anti cancer naturel grĂące Ă  la vitamine B17

Le cancer est Ă  la hausse et les taux de survie au cancer sont lĂ©gĂšrement amĂ©liorĂ©es, seulement parce que les symptĂŽmes du cancer sont reconnus et diagnostiquĂ©s plus tĂŽt. Et beaucoup de gens diagnostiquĂ©s ou qui ont des proches atteints de cancer ont choisi d’ĂȘtre mieux informĂ©s sur les alternatives aux traitements du cancer traditionnelles. Beaucoup se rendent compte que le traitement du cancer traditionnellement par la pratique de brĂ»ler avec le rayonnement, l’empoisonnement Ă  la chimiothĂ©rapie ou la suppression de la chirurgie peut-ĂȘtre pas ce qui est bon pour eux. Cependant, une chose qui est commune Ă  la fois le traitement du cancer et d’autres mondes traditionnels de traitement du cancer, c’est qu’une alimentation saine est essentielle.

Dans le monde des traitements alternatifs du cancer, l’un des meilleurs aliments contre le cancer qui se dĂ©marque comme Ă©tant une des plus puissantes propriĂ©tĂ©s anti-cancer est le noyau d’abricot certifiĂ©s biologique. Les graines d’abricot sont en fait les doux en amande, amandes goĂ»t amer de l’intĂ©rieur des stands. Graines d’abricot contiennent quelque chose appelĂ© amygdaline.

En 1952, un biochimiste de San Francisco nommĂ© le Dr Ernst Krebs, Jr. a suggĂ©rĂ© que le cancer Ă©tait une rĂ©action mĂ©tabolique Ă  une mauvaise alimentation et manque qu’un Ă©lĂ©ment nutritif de l’alimentation humaine moderne pourrait ĂȘtre la clĂ© de la prĂ©vention du cancer et le traitement. Il croyait que les rĂ©gimes pauvres Ă  base de produits alimentaires non naturels ou transformĂ©s, sont une des principales causes derriĂšre compromis systĂšme immunitaire humain. Ses recherches ont conduit Ă  un composĂ© appelĂ© amygdaline que l’on retrouve dans plus de 1200 plantes comestibles dans la nature. Il est aussi communĂ©ment appelĂ© vitamine B-17 et de son extrait est connu sous le nom laetrile.

Amygdaline se trouve avec les enzymes de concentration les plus Ă©levĂ©s et nĂ©cessaire dans les graines d’abricot certifiĂ©s biologique. Une tribu primitive, les Hunzas dans les montagnes du Pakistan, ont Ă©tĂ© connus pour consommer de grandes quantitĂ©s de graines d’abricot certifiĂ©s biologique et de ceux qui ont vĂ©cu sur leurs rĂ©gimes alimentaires naturels contenant des graines d’abricot certifiĂ©s biologique ainsi que plusieurs autres aliments biologiques n’avaient pas de cancer incidents enregistrĂ©s et ils vĂ©curent longtemps , l’espĂ©rance de vie en bonne santĂ©. Beaucoup d’autres groupes avec des rĂ©gimes contenant des graines d’abricot certifiĂ©s biologique similaires ont Ă©galement des taux de cancer peu ou pas.

Graines d’abricot certifiĂ©s biologique sont plus disponibles pour les consommateurs, car maintenant que laetrile en 1971 l’Administration du gouvernement amĂ©ricain Food and Drug (FDA) a interdit laetrile. Beaucoup pensent que cette interdiction a Ă©tĂ© mis en place parce que le laetrile Ă©tait issu d’une source de nourriture naturelle qui ne peut ĂȘtre brevetĂ© ou contrĂŽlĂ©es par les grandes sociĂ©tĂ©s pharmaceutiques pour le profit comme ils le font pour les mĂ©dicaments contre le cancer et les traitements contre le cancer traditionnelles. Il ya eu beaucoup de dĂ©sinformation Ă  propos publiĂ©s graines d’abricot certifiĂ©s biologique.

La croyance la plus commune promue par les sociĂ©tĂ©s pharmaceutiques et de la profession mĂ©dicale est que les graines d’abricotcertifiĂ©s biologique sont un poison. C’est vrai jusqu’Ă  un certain point. Graines d’abricot certifiĂ©s biologique contient cyanure organique et benzaldyhide mais alors il ne faut de nombreux autres aliments comme les amandes, les haricots de Lima, les pousses de soja, les Ă©pinards et le bambou pour n’en nommer que quelques-uns. De nombreux aliments contenant du cyanure organique sont sĂ»rs parce que le cyanure reste liĂ© et enfermĂ© dans le cadre d’une autre molĂ©cule et ne peut donc causer des dommages.

Il est une enzyme appelĂ©e rhodanese qui se trouve dans les cellules humaines normales en bonne santĂ©, mais pas dans les cellules cancĂ©reuses. Il attire essentiellement des molĂ©cules cyanure libre et les rend inoffensifs en les combinant avec le soufre naturellement. Ils sont convertis en un cyanate qui est une substance neutre et facilement transmise par l’urine sans consĂ©quences sur les cellules normales.

Mais il ya une enzyme appelĂ©e beta-glucosidase qui se trouve uniquement dans les cellules cancĂ©reuses, et est considĂ©rĂ© comme le «enzyme dĂ©verrouillage” des molĂ©cules amygdaline. Il libĂšre Ă  la fois le benzaldyhide et le cyanure organique de travailler avec les enzymes protectrices dans les cellules saines pour attaquer et dĂ©truire les cellules cancĂ©reuses. Les saines des cellules non cancĂ©reuses ne sont pas dĂ©truits dans ce processus naturel.

Lorsque l’on considĂšre ce qui est bon pour vous, le monde des traitements naturels alternatifs du cancer offre un large Ă©ventail d’options. Noyaux d’abricots certifiĂ©s biologique sont utilisĂ©s par de nombreuses personnes dans le cadre de leur traitement contre le cancer naturel ou d’un plan de prĂ©vention du cancer.


[Total : 6    Moyenne : 5/5]

Vous vous souvenez peut ĂȘtre qu’on utilisait les noyaux d’abricot certifiĂ©s biologique pour prĂ©parer une boisson populaire “La Rosatha” (boisson des pauvres) .

Aucun de nous n’avais prĂ©sentĂ© un trouble quelconque. Dans une publication (1940) du Dr Ernest Krebs et son fils ( un article dans un magazine amĂ©ricain) Krebs montre que le cancer rĂ©sulte d’un manque de consommation de certains nutriments et de vitamines en particulier le Nitriloside et a notĂ© que les tribus de l’Himalaya ne tombnte jamais malades pas le cancer . Ce mĂ©decin savait parfaitement que ces tribus mangeaient de grandes quantitĂ©s d’abricots certifiĂ©s biologique, mais a remarquĂ© qu’ils mangeaient aussi les noyaux . La Nitriloside est une substance (vitamine B 17) prĂ©sente dans les noyaux d’abricot certifiĂ©s biologique, pommes, prunes et amandes amĂšres, les haricots et autres fruits et plantes. Il a pu extraire de la substance en question et a dĂ©posĂ© une demande de brevet d’une substance qu’il appelait la substance Laetrille. AprĂšs avoir fait de nombreuses recherches en laboratoire il a dĂ©voilĂ© le mystĂšre de tribus.
Chaque molĂ©cule de vitamine B 17 contient une unitĂ© d’arsenic et de deux unitĂ©s de benzaldĂ©hyde et deux unitĂ©s de glucose intĂ©grĂ©es les unes aux autres. L’arsenic n’est pas toxique car il est liĂ© Ă  ces substances et disons prisonnier. Mais les cellules cancĂ©reuses produisent une enzyme particuliĂšre en grande quantitĂ© et capable de libĂ©rer l’arsenic sous forme libre qui dĂ©truit les cellules cancĂ©reuses et sera pris en charge par la suite par d’autres molĂ©cules qui l’entourent et ainsi il est Ă©liminĂ© du corps.

Acheter des amandes de noyaux d'abricot certifiés bio sur la boutique Biologiquement.com

Acheter des amandes de noyaux d’abricot certifiĂ©s bio sur la boutique Biologiquement.com

Jason Valefut , un jeune amĂ©ricain, fut atteint d’un cancer de foie stade 4 soit terminal. Les mĂ©decins ont conclu que sa mort prĂšs inĂ©vitable. Il a commencĂ© Ă  chercher un un traitement alternatif et a fait des recherches qui lui ont permis de dĂ©couvrir ce fameux vitamine B 17 et a commencĂ© Ă  manger des quantitĂ©s importantes de noyaux d’abricots certifiĂ©s biologique (10 Ă  20 par jours) et a suivi un rĂ©gime sans viande, lait, sucres .. Les mĂ©decins furent Ă©tonnĂ©s car le patient fut guĂ©ri de cette maladie. Plusieurs es chaĂźnes de tĂ©lĂ©vision amĂ©ricaines ont relatĂ© la et des milliers de citoyens ont contactĂ© notre jeune malade guĂ©ri. Celui-ci a dĂ©cidĂ© de vendre les noyaux d’abricot certifiĂ©s biologique par internet. Poursuivi par de grandes sociĂ©tĂ©s pharmaceutiques il fut condamnĂ© par le tribunal Ă  quatre ans pour avoir pratiquer un commerce illĂ©gal. Sorti du prison il a crĂ©e un blog dĂ©fendant sa cause.

Les amandes de noyaux d'abricots certifiées biologique anti cancer naturel grùce à la vitamine B17

Les amandes de noyaux d’abricots certifiĂ©es biologique anti cancer naturel grĂące Ă  la vitamine B17

MalgrĂ© l’opposition de la FDA Ă  la fabrication du vitamine B-17 des sociĂ©tĂ©s d’AmĂ©rique latine et d’Asie (et finalement aussi en Tunisie) en produisent (il est disponible en France depuis un an).


[Total : 3    Moyenne : 3/5]

Les abricots certifiés biologique ne sont pas seulement des fruits délicieux mais ils contiennent un ingrédient vital pour la prévention du cancer.

La vitamine B17, connue sous le nom de Laetrile et Amygdaline, a fait l’objet de recherches qui font penser qu’elle peut aussi bien prĂ©venir le cancer que le guĂ©rir.
Ce remĂšde est concentrĂ© dans le noyau lui-mĂȘme.
Et pourtant, malheureusement, la plupart d’entre nous jetons ce noyau en le prenant pour quelque chose d’inutile et immangeable.
Que diriez-vous si je vous disais la vĂ©ritĂ© au sujet des noyaux d’abricots certifiĂ©s biologique, Ă  savoir qu’ils peuvent dĂ©truire les cellules cancĂ©reuses ?

Les amandes de noyaux d'abricot certifiées biologique sont des anti cancer puissant

Les amandes de noyaux d’abricot certifiĂ©es biologique sont des anti cancer puissant

Ces noyaux peuvent en effet ĂȘtre un excellent moyen prophylactique contre le cancer.

Comment est-ce possible ?

Dans le livre « World without cancer » (Monde sans cancer), écrit par Edward Griffin, il a décrit la découverte, qui date de plus de trente ans. Dans son livre, il parle de cette découverte qui peut guérir le cancer et de la façon de le faire. Cependant, il mentionne également que cette découverte géniale a purement et simplement été enterrée par ceux qui tiennent à tirer profit de la maladie.
Par ailleurs, Edward Griffin explique que le cancer prĂ©sente souvent un mĂ©tabolisme perturbĂ© dans le corps, et que le cancer est d’origine mĂ©tabolique par essence. Le mĂ©tabolisme du corps est perturbĂ© lorsque l’équilibre de vitamines et de minĂ©raux est dĂ©truit. Votre corps commence Ă  ĂȘtre affamĂ© sans les vitamines et minĂ©raux nĂ©cessaires qui sont vitaux pour un processus interne normal, ce qui alors dĂ©clenche les diverses dĂ©faillances de notre mĂ©canisme endommagĂ©.

Alors, en quoi les noyaux d’abricot certifiĂ©s biologique sont-ils un remĂšde pour guĂ©rir le cancer ?

Les noyaux d’abricot certifiĂ©s biologique contiennent une plus grande source d’amygdaline (appelĂ©e vitamine B17) que d’autres sources vĂ©gĂ©tales. Cet ingrĂ©dient possĂšde une propriĂ©tĂ© inestimable pour le corps humain. Il cible et tue les cellules cancĂ©reuses tout en renforçant le systĂšme immunitaire, ce qui le protĂšge contre la rĂ©apparition du cancer.

En 1952, un biochimiste persĂ©vĂ©rant, le Dr Ernst T. Krebs a dĂ©couvert une nouvelle vitamine Ă  laquelle il a attribuĂ© le numĂ©ro B17 et appelĂ©e « Laetrile ». Sa recherche l’a conduit Ă  l’amygdaline, qu’il a trouvĂ©e la plus concentrĂ©e dans les noyaux d’abricots certifiĂ©s biologique.

Ce processus est connu comme « la toxicité sélective ».

Et étant donné que les cellules cancéreuses ne contiennent pas de Rhodanese, le cyanure et le benzaldéhyde fonctionnent sur le mode de toxicité sélective en tuant seulement les cellules cancéreuses.


[Total : 24    Moyenne : 3.7/5]

La vitamine B17 anti cancer est en grande quantitĂ© dans l’amande du noyau d’abricot certifiĂ©e biologique

‱ Booste l’immunitĂ©
‱ Contre le cancer
‱ Peut aider Ă  Ă©quilibrer les niveaux de la tension artĂ©rielle
‱ RĂ©duit les maux & douleurs courants
‱ Aide Ă  maintenir la santĂ© en gĂ©nĂ©ral

La vitamine B17, Ă©galement connue sous le nom d’amygdaline qui est un composĂ© trouvĂ© dans les amandes de noyau d’abricots bio. Ce glycoside cyanogĂšne naturel est l’un des premiers composĂ©s de son genre Ă  ĂȘtre dĂ©couvert. UtilisĂ©e depuis des siĂšcles par de nombreuses cultures pour ses capacitĂ©s favorisant la santĂ©, la B17 se trouve uniquement en petites quantitĂ©s dans la nature, car elle est plus courante dans les amandes d’abricots. La B17 possĂšde un goĂ»t amer et vous devriez manger beaucoup de ces aliments uniquement pour obtenir une petite quantitĂ© de ce nutriment important.

Anti cancer naturel puissant: Pour aider Ă  prĂ©venir le cancer, manger quelques graines d’amande “amĂšre” ou d’abricot tous les jours. Pour la guĂ©risson du cancer il faut prendre 10 ammandes par jours et l’associer avec d’autre produits naturels, comme la feuille de graviola corossol, la bromĂ©laĂŻne, la racine de pissenlit en gĂ©lules ou le curcuma.

L'amande du noyau d'abricot certifiée biologique est un anti cancer naturel

L’amande du noyau d’abricot certifiĂ©e biologique est un anti cancer naturel

ImmunitĂ©: La carence en B17 est courante, et est la cause d’une variĂ©tĂ© de problĂšmes de santĂ©, y compris certaines maladies chroniques. La B17 agit pour maintenir des niveaux de vitamine B17 adĂ©quates pour stimuler votre immunitĂ©, et rĂ©duire le risque de problĂšmes de santĂ©

Tension ArtĂ©rielle: La B17 contient un composĂ© appelĂ© cyanure, qui fait partie du maintien de l’Ă©quilibre dĂ©licat de l’homĂ©ostasie dans le corps. UtilisĂ©e comme un rĂ©gulateur des niveaux de tension artĂ©rielle, la B17 peut aider Ă  favoriser la fonction cardio-vasculaire

Maux et Douleurs: La B17 contient un composé unique appelé, le benzaldéhyde. Lorsque ce composé est transformé en acide benzoïque dans le corps, il possÚde des propriétés antiseptiques et analgésiques naturelles qui peuvent aider à réduire les douleurs courantes.

Équilibre du pH: La B17 est une substance alcaline, ce qui signifie qu’elle aide Ă  maintenir l’Ă©quilibre du pH dans le sang, diminuer les niveaux d’aciditĂ© pour favoriser une bonne circulation, la gestion du poids et la santĂ© en gĂ©nĂ©ral.


[Total : 3    Moyenne : 2.3/5]
Ce que l’industrie du cancer ne veut pas que vous sachiez sur la chimiothĂ©rapie et les rayons

Ils nous disent que la chimiothĂ©rapie sauve des vies, augmente le taux de survie Ă  long terme et n’endommage pas les cellules saines. Toutes ces affirmations de l’industrie du cancer sont fausses. Un poison tue sans discrimination – il l’a toujours fait et le fera toujours. Tout en endommageant les cellules saines, la chimiothĂ©rapie y dĂ©clenche la sĂ©crĂ©tion d’une protĂ©ine qui entretient la croissance de la tumeur et sa rĂ©sistance Ă  un traitement ultĂ©rieur. C’est exact
 la chimiothĂ©rapie va en fait stimuler la croissance cancĂ©reuse et le traitement des cancers est la cause majeure des cancers secondaires.

DerriĂšre les vaccins, mĂ©dicaments, diagnostics et thĂ©rapies, soins dentaires, psychiatrie et pratiquement toute la recherche mĂ©dicale, existe une industrie et une source de profit pour les sociĂ©tĂ©s. L’industrie du cancer fait preuve d’une ironie particuliĂšre car les produits cancĂ©rigĂšnes sont fabriquĂ©s par des divisions des mĂȘmes corporations multinationales dont les filiales construisent les scanners et l’équipement utilisĂ© pour diagnostiquer les cancers, mettent au point les mĂ©dicaments dont on se sert en chimiothĂ©rapie et ceux qu’on donne pour prĂ©venir les rĂ©cidives. Dans quelle rĂ©alitĂ© vivons-nous oĂč les seuls moyens acceptables de traiter le cancer sont de trancher, empoisonner et irradier ? L’industrie du cancer dĂ©truit ou marginalise les remĂšdes sans danger et efficaces tout en encourageant ses propres remĂšdes brevetĂ©s, coĂ»teux et toxiques qui font plus de mal que de bien. Aucun produit de chimiothĂ©rapie n’a jamais rĂ©ellement guĂ©ri ou rĂ©solu les causes sous-jacentes du cancer. Les traitements par chimiothĂ©rapie considĂ©rĂ©s par la mĂ©decine dominante comme une “rĂ©ussite” ne font que gĂ©rer les symptĂŽmes, au prix habituellement d’interfĂ©rences avec les autres fonctions physiologiques prĂ©cieuses qui engendreront tĂŽt ou tard des effets secondaires. Il n’existe aucun mĂ©dicament qui n’ait aucun effet secondaire.

La chimiothérapie et les rayons peuvent tuer le cancer, mais ils vous tuent aussi

La chimiothĂ©rapie regorge d’effets nĂ©gatifs aprĂšs traitement. Une majoritĂ© d’agents contenus dans les produits de chimiothĂ©rapie pĂ©nĂštrent dans le cerveau et peuvent directement ou indirectement induire un certain nombre de changements aigus ou retardĂ©s du systĂšme nerveux central. Ces effets peuvent durer des annĂ©es avant de se dissiper, ou bien, dans le cas de jeunes enfants, se perpĂ©tuer Ă  l’ñge adulte. Le taux de survie Ă  long terme des patients de chimiothĂ©rapie sont grandement exagĂ©rĂ©s parce que la plupart de ces patients finissent par mourir de maladies sans relation avec le cancer d’origine, mais liĂ©s au traitement. Les produits de chimiothĂ©rapie (surtout les agents d’alkylation) sont rĂ©putĂ©s pour occasionner d’autres cancers dont la leucĂ©mie, et nombre de ces mĂ©dicaments tombent dans cette catĂ©gorie. Les agents d’alkylation endommagent directement l’ADN de toutes les cellules. Ces agents ne sont pas spĂ©cifiques Ă  une phase ; en d’autres mots, ils sont actifs dans toutes les phases du cycle cellulaire. Comme ces drogues endommagent l’ADN, ils peuvent nuire Ă  long terme Ă  la moelle osseuse et par consĂ©quent affecter l’immunitĂ© future. Avec ces produits existe le risque de dĂ©velopper un cancer secondaire Ă  bas bruit mais son diagnostic est inĂ©vitable. Des Ă©tudes ont indiquĂ© que le risque commence Ă  augmenter environ deux ans aprĂšs le traitement, qu’il est le plus Ă©levĂ© entre 5 et 10 ans. C’est la raison des dĂ©cĂšs de patients par chimiothĂ©rapie entre 10 et 15 ans aprĂšs le traitement. La radiothĂ©rapie peut Ă©galement accroĂźtre le risque de dĂ©veloppement d’un cancer chez la plupart des gens. Les variĂ©tĂ©s de cancers secondaires Ă  une radiothĂ©rapie sont vastes, mais consistent principalement en leucĂ©mies et sarcomes. Ces cas se rĂ©vĂšlent habituellement aprĂšs exposition aux rayons avec un pic de risque cinq Ă  dix ans environ aprĂšs. De nouveau, la plupart des patients qui suivent une radiothĂ©rapie dĂ©veloppent des cancers secondaires en lien avec le traitement et non comme la consĂ©quence du cancer d’origine. Les cancers radio-induits ont explosĂ© ces vingt derniĂšres annĂ©es car il y a eu une recrudescence de traitements de ce genre, souvent suite Ă  une chimiothĂ©rapie. D’autres cancers sont liĂ©s aussi Ă  une radiothĂ©rapie. Des tumeurs peuvent se dĂ©velopper Ă  l’endroit de la zone exposĂ©e aux rayons ou tout prĂšs, mĂȘme dix ans ou plus aprĂšs le traitement. Ces risques semblent ĂȘtre plus Ă©levĂ©s dans certaines zones du corps, comme les seins et la thyroĂŻde. Dans certains cas, l’ñge au moment de la radiothĂ©rapie va jouer un rĂŽle. Par exemple des patientes jeunes atteintes de cancer du sein sont plus susceptibles de dĂ©velopper un cancer secondaire par une thĂ©rapie par les rayons que des patientes ĂągĂ©es.

Des mĂ©decins dĂ©noncent l’industrie du cancer

Le Dr Robert Atkins raconta un jour qu’il existe plusieurs traitements pour le cancer, mais qu’il n’y a pas d’argent Ă  gagner. Ils sont naturels, efficaces et bon marchĂ©, ils ne contiennent aucun produit coĂ»teux mais nĂ©cessitent une grande auto-discipline de la part des malades. Il faut des millions pour financer les essais en laboratoire et cliniques nĂ©cessaires pour fabriquer un nouveau mĂ©dicament anticancĂ©reux qui pourra ĂȘtre brevetĂ© et vendu. Il a Ă©tĂ© dit que la clĂ© de la rĂ©ussite dans le commerce de la santĂ© est de sortir un truc gĂ©nial qui donnera des gens des malades Ă  vie. Pensez Ă  tous ces gens dont les analyses de sang Ă©taient mauvaises, qui sont restĂ©s sous mĂ©dicaments jusqu’à les tuer, alors qu’une prise brĂšve de mĂ©dicaments avec Ă  cĂŽtĂ© des changements majeurs de rĂ©gime alimentaire et de mode de vie, les auraient ramenĂ© Ă  une santĂ© sans mĂ©dication. Selon le Dr John Diamond,

“UNE ÉTUDE SUR PLUS DE 10.000 PATIENTS MONTRE CLAIREMENT QUE LES SOI-DISANT EXCELLENTS ANTÉCÉDENTS DE CHIMIO SUR MALADIE DE HODGKIN (CANCER DES GLOBULES BLANCS OU LYMPHOME) SONT MENSONGERS. LES MALADES QUI ONT SUBI DE LA CHIMIO ONT ÉTÉ 14 FOIS PLUS SUJETS À DÉVELOPPER UNE LEUCÉMIE ET 6 FOIS PLUS ENCLINS À DÉVELOPPER UN CANCER DES OS, DES ARTICULATIONS, DES TISSUS MOUS QUE LES PATIENTS N’AYANT PAS SUBI DE CHIMIO.”

Le Dr Glenn Warner, dĂ©cĂ©dĂ© en 2000, fut l’un des plus grands spĂ©cialistes du cancer aux États-Unis. Il utilisait des traitements alternatifs avec grand succĂšs. Parlant du traitement du cancer dans ce pays, il disait :

“NOUS AVONS UNE INDUSTRIE À PLUSIEURS MILLIARDS DE DOLLARS QUI TUE LES GENS JUSTE POUR UN GAIN FINANCIER. LEUR IDÉE DE RECHERCHE EST DE VOIR SI DEUX DOSES DE CE POISON VALENT MIEUX QUE TROIS DOSES DE CE POISON”.

Le Dr Alan C. Nixon, ancien président de la Société de Chimie américaine écrit,

“EN TANT QUE CHIMISTE FORMÉ POUR INTERPRÉTER LES DONNÉES, JE TROUVE INCOMPRÉHENSIBLE QUE DES MÉDECINS PUISSENT IGNORER L’ÉVIDENCE, QUE LA CHIMIOTHÉRAPIE FAIT BEAUCOUP, BEAUCOUP PLUS DE MAL QUE DE BIEN”.

Et selon le Dr Charles Mathé, spécialiste français du cancer,

“
SI J’AVAIS UN CANCER, JE N’IRAI JAMAIS DANS UN CENTRE ANTICANCÉREUX CLASSIQUE. SEULES LES VICTIMES DU CANCER QUI VIVENT LOIN DE CES CENTRES ONT UNE CHANCE.”

Le Dr Allen Levin déclarait :

“UNE MAJORITÉ DE MALADES DU CANCER DE CE PAYS MEURENT PAR LA CHIMIOTHÉRAPIE. LA CHIMIOTHÉRAPIE N’ÉLIMINE PAS LES CANCERS DU SEIN, DU COLON OU DU POUMON. CE FAIT EST DOCUMENTÉ DEPUIS PLUS DE DIX ANS, POURTANT LES MÉDECINS UTILISENT TOUJOURS LA CHIMIOTHÉRAPIE POUR CES TUMEURS.”

Dans son livre, “Le Topic du cancer : quand on doit en finir avec la tuerie”, Dick Richards cite plusieurs Ă©tudes d’autopsie montrant que les patients cancĂ©reux sont morts en fait Ă  cause des traitements conventionnels avant que la tumeur n’ait eu une chance de les tuer.

Comment la chimiothérapie stimule la croissance du cancer

Des chercheurs ont testĂ© les effets d’un type de chimiothĂ©rapie sur des tissus prĂ©levĂ©s sur des hommes avec un cancer de la prostate et ont dĂ©couvert “une preuve de dommages de l’ADN” sur les cellules saines aprĂšs traitement, ont Ă©crit des scientifiques dans Nature Medecine. La chimiothĂ©rapie fonctionne en inhibant la reproduction des cellules Ă  division rapide du type de celles trouvĂ©es dans les tumeurs. Les scientifiques ont dĂ©couvert que les cellules saines endommagĂ©es par la chimiothĂ©rapie sĂ©crĂ©taient davantage une protĂ©ine appelĂ©e WNT16B qui stimule la survie de la cellule cancĂ©reuse (voir article

ICI du BBB sur ce sujet). “L’augmentation de WNT16B Ă©tait complĂštement inattendue”, a dit Ă  l’AFP le co-auteur de l’étude Peter Nelson du centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson Ă  Seattle. La protĂ©ine Ă©tait absorbĂ©e par les cellules tumorales voisines des cellules endommagĂ©es. “WNT16B, quand elle est sĂ©crĂ©tĂ©e, interagirait avec les cellules tumorales proches et les ferait grossir, devenir envahissantes et le plus important, les rendrait par la suite rĂ©sistantes Ă  la thĂ©rapie,” a expliquĂ© Nelson. Dans le traitement du cancer, les tumeurs rĂ©pondent souvent bien au dĂ©part, puis s’ensuit une rapide prolifĂ©ration et enfin une rĂ©sistance Ă  la chimiothĂ©rapie suivante. On a dĂ©montrĂ© que le rythme de reproduction des cellules cancĂ©reuses s’accĂ©lĂ©rait entre les traitements. “Nos rĂ©sultats indiquent que les rĂ©ponses aux dommages des cellules bĂ©nignes
peuvent directement contribuer Ă  accĂ©lĂ©rer l’activitĂ© de croissance des tumeurs”, Ă©crivait l’équipe. Les chercheurs ont dit qu’ils ont confirmĂ© leurs dĂ©couvertes sur des tumeurs cancĂ©reuses du sein et des ovaires. Les malades avec un cancer incurable sont promis Ă  accĂ©der plus facilement aux toute derniĂšres drogues qui pourraient leur offrir quelques mois ou quelques annĂ©es de vie supplĂ©mentaire, pourtant de nombreux mĂ©decins ont Ă©tĂ© poussĂ©s Ă  devenir plus prudents pour prĂ©senter un traitement Ă  ces patients en phase terminale car la chimiothĂ©rapie peut souvent faire plus de mal que de bien, conseil soutenu par l’étude de Nelson.

90 % des patients qui reçoivent de la chimiothĂ©rapie souffrent d’effets fatals

Le NCEPOD ( National Confidential Enquiry into Patient Outcome and Death) a dĂ©clarĂ© que plus de 4 patients sur 10 ayant reçu de la chimiothĂ©rapie vers la fin de leur vie ont souffert d’effets fatals par les mĂ©dicaments et que le traitement Ă©tait “inappropriĂ©â€ dans presque un cinquiĂšme des cas. Globalement, presque 90 % des malades Ă  qui on a administrĂ© de la chimiothĂ©rapie meurent dans les 15 ans, soit de cancers secondaires ou d’une immunitĂ© compromise, consĂ©quence directe du traitement. ChimiothĂ©rapie et rayons combinĂ©s sont les causes principales des cancers secondaires de par le monde. Il y a eu une augmentation de 68 % dans l’usage de produits de chimiothĂ©rapie depuis 2003 et malgrĂ© l’augmentation massive de l’incidence des cancers depuis, les facteurs de risque (selon l’industrie du cancer) pour des cancers primitifs et secondaires sont toujours dus au tabac, Ă  l’alcool, aux expositions professionnelles et aux dĂ©terminants gĂ©nĂ©tiques. Le traitement ou le diagnostic du cancer n’est jamais mentionnĂ© comme la cause de cancers primitifs ou secondaires. Le cancer est la cause principale des maladies et si on regarde pour l’avenir les rĂ©centes tendances au plan mondial des cancers majeurs, le fardeau du cancer s’augmentera de 22 millions de nouveaux cas chaque annĂ©e d’ici 2030. Ce qui reprĂ©sente une hausse de 75 % comparĂ© Ă  2008. Plus de la moitiĂ© de tous les malades du cancer souffrent d’une toxicitĂ© notable en lien avec le traitement. Ce dernier peut aussi engendrer des infections graves ou les malades peuvent simplement mourir de leur cancer. Quand on lui a demandĂ© comment amĂ©liorer la rĂ©ponse et le rĂ©sultat du patient, Nelson a rĂ©pondu “en alternance, il peut ĂȘtre possible d’utiliser des doses plus faibles, moins toxiques dans la thĂ©rapie”. En rĂ©sumĂ©, la chimiothĂ©rapie dĂ©truit virtuellement toutes les cellules et l’organisme avant de s’occuper du vrai cancer. Ce qui veut dire que votre systĂšme nerveux central, les organes et le systĂšme immunitaire (pour n’en nommer que quelques-uns) sont tous compromis mĂȘme des annĂ©es aprĂšs l’arrĂȘt du traitement. Oubliez ce qui a Ă©tĂ© dit sur la chimiothĂ©rapie qui fait un meilleur travail sur le long terme en tuant le cancer. La chimiothĂ©rapie cause la mort des cellules cĂ©rĂ©brales longtemps aprĂšs la fin du traitement et pourrait ĂȘtre l’une des causes biologiques sous-jacentes des effets cognitifs collatĂ©raux – ou “cerveau chimiquĂ©â€ – qu’expĂ©rimentent de nombreux malades cancĂ©reux. Le traitement conventionnel du cancer est une Ă©norme et coĂ»teuse tromperie – un non-traitement qui rend malade et tue plus de gens qu’ils ne les “guĂ©rissent”. Il ne peut jamais guĂ©rir quoi que ce soit car il empoisonne le corps, ce qui ne fait qu’entraĂźner plus tard d’autres maladies. La question [de savoir si la chimiothĂ©rapie prolonge rĂ©ellement ou non la vie, note de l’éditeur] ne peut probablement plus recevoir de rĂ©ponse. Dans les Ă©tudes cliniques, les fabricants comparent toujours leurs nouveaux produits avec les prĂ©cĂ©dents poisons cellulaires. Il n’y a pas de groupes de contrĂŽle n’ayant reçu aucun traitement. Pour qu’ils soient autorisĂ©s sur le marchĂ©, il suffit d’obtenir un avantage “statistiquement significatif” dans un petit groupe de sujets- tests soigneusement sĂ©lectionnĂ©s comparĂ© aux malades traitĂ©s avec un poison cellulaire approuvĂ©.

L'amande du noyau d'abricot bio un anti cancer naturel puissant

L’amande du noyau d’abricot bio un anti cancer naturel puissant

Une méthode simple et EFFICACE contre le Cancer :
La vitamine B17
Dans les annĂ©es 1940, le Dr. Ernst T. Krebs, Sr. et son fils (le Dr E.T. Krebs, Jr.) ont publiĂ© un document intitulĂ© « La ThĂšse Unitaire ou Trophoblaste du Cancer », dans le Medical Record, de New York. Dans les annĂ©es qui ont suivi, l’équipe formĂ©e par le pĂšre et le fils firent des recherches sur les co-enzymes et sur la possibilitĂ© que le cancer pourrait rĂ©sulter d’une carence en vitamines. Dans le dĂ©but des annĂ©es 1950, ils Ă©mirent l’hypothĂšse que le cancer est causĂ© par l’absence d’un composĂ© alimentaire essentiel, manquant dans l’alimentation moderne de l’homme, identifiĂ© comme faisant partie de la famille des nitrilosides, qui se trouve dans plus de 1200 plantes comestibles. Ils apprirent, l’existence du royaume des Hunzas, dans les montagnes Himalayennes situĂ©es au nord du Pakistan, et oĂč il Ă©tait dit que ce peuple vivait « sans cancer ».

Les Docteurs Krebs savaient qu’ils mangeaient de grandes quantitĂ©s d’abricots certifiĂ©s biologique, mais ils ne croyaient pas que le fruit contenait des substances pouvant lutter contre le cancer 
 jusqu’à ce qu’ils apprennent que les Hunzakuts mangent Ă©galement les semences contenues dans les noyaux d’abricot certifiĂ© biologique, qui sont riches en nitrilosides ! Les nitrilosides sont particuliĂšrement rĂ©pandues dans les graines d’abricots certifiĂ©es biologique, les pĂȘches, les pommes, le millet, les fĂšves germĂ©es, le sarrasin, et aussi dans d’autres fruits et noix, y compris les amandes amĂšres. Les Dr. Krebs ont pu extraire certains glycosides des plantes qui contenaient les nitrolosides, et finalement, ont effectuĂ© une demande de brevet pour le procĂ©dĂ© de production du mĂ©tabolite formĂ© par ces glycosides, en vue d’une utilisation clinique. Il nomma ceci « Laetrile ».

Il a fallu plusieurs annĂ©es, et la rĂ©alitĂ© des essais cliniques effectuĂ©s Ă  travers le monde, avant qu’un modĂšle ne soit proposĂ© afin de rationaliser l’utilitĂ© de la Laetrile dans la prĂ©vention, ainsi que pour le traitement du cancer, aprĂšs tout ce temps, le nom de « vitamine B17″ fut reçu. Les Hunzakuts consomment entre 100-200 fois plus de B17 dans leur alimentation, que l’AmĂ©ricain moyen, en raison principalement du fait de manger les graines d’abricots certifiĂ©es biologique, et aussi beaucoup de millet. Fait intĂ©ressant, l’argent n’existe pas, au Hunza. La richesse d’un homme se mesure par le nombre d’abricotiers qu’il dĂ©tient. Et la nourriture la plus convoitĂ©e est la semence contenue dans les noyaux d’abricot certifiĂ©s biologique, l’une des plus importantes sources de B17 sur la Terre. Les Ă©quipes visiteuses de mĂ©decins ont trouvĂ© les Hunzacuts exempts de cancer. L’une des premiĂšres Ă©quipes mĂ©dicales chargĂ©e d’étudier les Hunza, Ă©tait dirigĂ©e par le chirurgien britannique de renommĂ©e mondiale, le Dr. Robert McCarrison. Écrivant dans le Journal AMA, du 7 janvier 1922, il a indiqua : « Les Hunza n’ont pas d’incidence connue avec le cancer. Ils bĂ©nĂ©ficient d’une abondante rĂ©colte d’abricots certifiĂ©s biologique. Ils les sĂšchent sous le soleil, et les utilisent en grande partie dans leur alimentation ».

Mais pourquoi n’avez-vous pas entendu parler de la vitamine B17 ? Cela semble si simple ! Eh bien, la vĂ©ritĂ© sur cette question, c’est que l’Industrie du Cancer a supprimĂ© cette information et a mĂȘme ordonnĂ© le fait qu’il soit illĂ©gal de vendre la B17. La Mafia MĂ©dicale a montĂ© avec grand succĂšs, des campagnes «effrayantes», basĂ©es sur le fait que la vitamine B17 contient des quantitĂ©s «meurtriĂšres» de cyanure. Ceci est manifestement faux. Des Ă©tudes montrent que la vitamine B17 est inoffensive pour les tissus sains.

Voici pourquoi : chaque molĂ©cule de B17 contient une unitĂ© de cyanure d’hydrogĂšne, une unitĂ© de benzaldĂ©hyde et deux unitĂ©s de glucose (sucre) bien verrouillĂ©s ensemble. Pour que le cyanure d’hydrogĂšne devienne dangereux, il faut d’abord nĂ©cessairement dĂ©verrouiller la molĂ©cule qui le libĂ©rera, une astuce qui ne peut ĂȘtre effectuĂ©e que par une enzyme appelĂ©e bĂȘta-glucosidase, qui n’est prĂ©sente partout dans le corps humain, qu’en quantitĂ©s infimes, mais par contre, en grande quantitĂ© dans un seul endroit : les cellules cancĂ©reuses.

Ainsi, le cyanure d’hydrogĂšne n’est dĂ©verrouillĂ© que sur le site oĂč se trouve le cancer, et ce, avec des rĂ©sultats radicaux, qui deviennent tout Ă  fait dĂ©vastateurs pour les cellules cancĂ©reuses, puisque l’unitĂ© de benzaldĂ©hyde se dĂ©verrouille en mĂȘme temps. Les cellules cancĂ©reuses obtiennent un double coup, Ă  la fois de cyanure et de benzaldeyhde ! Le benzaldĂ©hyde est un poison mortel en lui-mĂȘme, mais quand il fait Ă©quipe avec le cyanure, le rĂ©sultat en fait un poison 100 fois plus mortel que lorsqu’il agit seul. Les cellules cancĂ©reuses sont littĂ©ralement oblitĂ©rĂ©es !

Mais tout ceci n’est-il pas sans danger pour le reste des cellules du corps ? Un autre enzyme, le rhodanese, toujours prĂ©sent en quantitĂ©s beaucoup plus importantes que l’enzyme de dĂ©verrouillage beta-glucosidase dans les tissus sains, a la capacitĂ© de dĂ©grader entiĂšrement, Ă  la fois le cyanure, et le benzaldĂ©hyde, en thiocyanate (une substance inoffensive), et en salicylate(qui est un tueur de douleur semblable Ă  l’aspirine). Fait intĂ©ressant, les cellules cancĂ©reuses malignes ne contiennent pas de rhodanese du tout, ce qui les laisse complĂštement Ă  la merci des deux poisons mortels. Tout ce processus est connu sous le nom de toxicitĂ© sĂ©lective, puisque seules les cellules cancĂ©reuses sont spĂ©cifiquement ciblĂ©es et dĂ©truites.

Les centaines d’études cliniques menĂ©es par de nombreux mĂ©decins compĂ©tents dans le monde entier, y compris celles qui sont dirigĂ©es par le Dr. Ernesto Contreras Ă  l’Oasis of Hope Hospital au Mexique, nous donnent toute confiance, que le traitement avec la thĂ©rapie B17 ne prĂ©sente aucun danger pour les cellules normales. Ce sont de mauvaises nouvelles pour l’Industrie du Cancer. Les graines d’abricots certifiĂ©es biologique ne sont pas chĂšres 
 vraiment pas chĂšres 
 pas aussi coĂ»teuses que leur dernier cocktail mĂ©dicamenteux de chimiothĂ©rapie.

‘‘J’îtais les pĂ©pins et jetais les pommes. Maman rĂ©cupĂ©rait les pommes de la corbeille et cuisinait des tartes’’.
~ Jason Vale

Mon ami, Jason Vale, a Ă©copĂ© d’une condamnation Ă  mort par ses mĂ©decins, dans le milieu des annĂ©es 1990, lorsqu’on a dĂ©couvert qu’il avait un cancer en phase « terminale ». Il a appris, grĂące Ă  des recherches approfondies, que les gens qui avaient un cancer, dĂ©couvraient des propriĂ©tĂ©s curatives dans les pĂ©pins de pommes et les noyaux d’abricots certifiĂ©s biologique, lesquels, comme je l’ai mentionnĂ© ci-dessus, contiennent de grandes quantitĂ©s de vitamine B17.

Jason a immĂ©diatement commencĂ© Ă  se sentir mieux, en mangeant des pĂ©pins de pommes et des noyaux d’abricots certifiĂ©s biologique, dans le cadre de son rĂ©gime alimentaire quotidien. Dans un court laps de temps, le cancer de Jason a littĂ©ralement disparu. Lorsque l’histoire « Extraordinaire » de Jason fut diffusĂ©e Ă  la tĂ©lĂ©vision nationale, dans le milieu des annĂ©es 1990, cela Ă  provoquĂ© une audience si grande que le mĂȘme reportage a Ă©tĂ© diffusĂ© une deuxiĂšme fois, la semaine suivante.

L’enthousiasme des spectateurs fut si grand que Jason se retrouva inondĂ© d’appels tĂ©lĂ©phoniques, provenant de personnes rĂ©sidant dans tout le pays. Au cours des annĂ©es suivantes, Jason a littĂ©ralement aidĂ© des milliers de gens, Ă  traiter avec succĂšs leur cancer, en consommant des semences de noyaux d’abricot certifiĂ©s biologique.

Jason fut victime d’une opĂ©ration coup de poing de « Gestapo », dĂ©cidĂ©e par la FDA, il a Ă©tĂ© condamnĂ© le 18 juin 2004, Ă  soixante-trois mois de prison et trois ans de libertĂ© surveillĂ©e, par un tribunal de district des États-Unis dans le District Est de New York. Son crime ? La vente de graines d’abricot certifiĂ©es biologique sur son site web, et de dire aux gens la VERITE sur leurs propriĂ©tĂ©s curatives. Bienvenue au « pays de la libertĂ© et dans la patrie des braves ».

AprĂšs avoir purgĂ© prĂšs de quatre ans de prison, Jason a Ă©tĂ© libĂ©rĂ© de la maison d’arrĂȘt au dĂ©but de 2008.


[Total : 7    Moyenne : 4.3/5]

Il existe deux qualitĂ©s d’amandes d’abricot : amĂšres et douces. Les amandes douces d’abricot sont extraites de fruits sucrĂ©s alors que les amandes amĂšres d’abricot proviennent essentiellement d’abricots sauvages, plus acidulĂ©s.

L’amande douce d’abricot peut ĂȘtre consommĂ©e en snacking. Leur saveur est douce, non amĂšre, parfumĂ©e et trĂšs agrĂ©able au palais.

L’amande amĂšre d’abricot est plus souvent considĂ©rĂ©e comme un complĂ©ment alimentaire anticancer naturel puissant et doit se limiter Ă  une consommation maximum de 10 amandes par jour. Leur saveur intense est proche de celle des amandes amĂšres.

Acheter des amandes de noyaux d'abricot certifiés bio sur la boutique Biologiquement.com

Acheter des amandes de noyaux d’abricot certifiĂ©s bio sur la boutique Biologiquement.com

Grñce à ces valeurs nutritionnelles les amandes d’abricot amùres contribuent :

– Ă  lutter contre le stress oxydatif
– au maintien d’une cholestĂ©rolĂ©mie normale
– au fonctionnement normal du systĂšme immunitaire
– au maintien d’une vision normale
– Ă  la formation normale des tissus conjonctifs
– aide Ă  combatre le cancer

Conseils d’utilisation : Consommer telles quelles (en mĂąchant et en salivant bien) ou mĂ©langĂ©es Ă  vos prĂ©parations crues, salades, laitages…

Il est conseillĂ© de ne pas dĂ©passer 1 Ă  10 amandes par jour pour l’amande amĂšre.

Ingrédients : 100 % amande crue, non émondée*

* Produit issu de l’agriculture biologique.